Accueil > Institut > Présentation > Histoire > 2006 à nos jours avec Jean-Louis Martin

Institut

2006 à nos jours avec Jean-Louis Martin

Jean-Louis Martin est nommé Directeur Général en mars 2006 et quelques mois plus tard, la présidence du conseil d'administration échoit à Elisabeth Giacobino.

2006 - Inauguration du nouveau bâtiment

C'est lui qui coordonne la fin des travaux et l'entrée dans les locaux de Palaiseau de tous les services d'enseignement dès la rentrée scolaire de septembre 2006. Les premiers laboratoires sont en cours d'installation au moment de l'inauguration du bâtiment par le Ministre délégué à la Recherche et à l'Enseignement Supérieur, François Goulard le 16 décembre 2006. Immédiatement, le nouveau directeur général obtient l'inscription des crédits pour le complément de construction au contrat de plan entre l'Etat et la région Ile-de-France.

Un nouveau logo

Un nouveau nom d'usage est choisi pour l'établissement : Institut d'Optique Graduate school. Associé à un nouveau logo, il porte le message de l'unité de l'établissement, école d'ingénieurs qui conduit une activité de recherche et forme des étudiants au niveau master et doctorat : c'est le message que portent les mots "graduate school" en milieu anglophone. C'est aussi une façon pour l'établissement de s'insérer dans le débat national en cours sur l'évolution du système de recherche et d'enseignement supérieur : associant les deux tâches à la valorisation de la recherche sur un thème bien défini, il est analogue à un "college" anglais au sein du Campus de Saclay, dont l'établissement est l'un des 23 membres. Dans ce cadre également, l'Institut d'Optique Graduate School est membre de la "Fondation de Coopération Scientifique Triangle de la Physique", membre associé des Pôles de recherche et d'enseignement supérieur "Universud Paris" et "ParisTech", puis accède en 2008 au statut de membre fondateur de ParisTech.

Les succès se poursuivent au Laboratoire Charles Fabry, avec le lancement des satellites jumeaux Stereo qui observent le soleil dans l'ultra-violet lointain, le grand prix Jean Ricard de la Société

française de Physique attribué en 2008 à Philippe Grangier, qui sera aussi en 2009 bénéficiaire d'un contrat "senior" ERC (European Research Council) alors qu'Antoine Browaeys reçoit un contrat "junior" et que Jean-Jacques Greffet entre à l'Institut universitaire de France. En 2010, la Fondation Wolf a choisi d’attribuer le prix Wolf de Physique 2010 à Alain Aspect (France), à John F. Clauser (USA) et à Anton Zeilinger (Autriche) pour leurs contributions conceptuelles et expérimentales à la physique quantique.

En 2009, l'effectif des promotions d'ingénieurs dépasse 90 étudiants. Désireux de progresser dans la formation des étudiants étrangers, l'Institut d'Optique - Graduate School prend l'initiative de coordonner un "master Erasmus Mundus", auquel participent l'Université Paris Sud et quatre établissements étrangers pour accueillir les boursiers extérieurs à l'Union européenne financés par le programme pour les deux ans de leur master.

En même temps, une initiative majeure est prise pour favoriser l'esprit d'innovation parmi les jeunes diplômés : un nouveau cursus, la "filière innovation - entrepreneur", est introduit en 2006. Etalée sur deux ans, elle donne à vingt élèves-ingénieurs l'occasion de travailler sur un projet d'entreprise réel tout en poursuivant leur scolarité. De nombreux intervenants extérieurs sont associés à la formation pour bien faire connaître aux intéressés les divers aspects de la création d'activité économique. De fait, quatre entreprises seront créées dès les deux premières années, et de nombreuses distinctions soutiendront l'initiative. En même temps, l'accueil des élèves-ingénieurs-créateurs d'entreprise est favorisé par l'utilisation de l'espace disponible du bâtiment 503 (Orsay) pour former un "écosystème" de l'innovation dans le domaine de l'optique et accueillir de petites entreprises de haute technologie dans notre discipline.

Alors que l'antenne Rhône-Alpes continue d'accueillir une option de la troisième année dédiée à la liaison entre systèmes optiques et l'aspect "mathématiques appliquées" du traitement des images, la recherche menée par l'Institut d'Optique à St Etienne s'intègre au Laboratoire Hubert Curien (CNRS / Université Jean Monnet de St Etienne). En 2008, la politique de site de l'Institut d'Optique est confortée par l'offre du conseil régional d'Aquitaine d'accueillir un troisième site sur le campus de l'université de Bordeaux I.