Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

Témoignages d’apprenti•e•s

Témoignages d'apprenti·e·s

Retrouvez sur cette page différents témoignages d'apprenti·e·s en cours de formation, ou bien jeunes diplômé·e·s. Les formats sont totalement libres, n'hésitez pas à les contacter pour en savoir plus !

Témoignage d'Olivier Martinache, promo 2022

Apprentissage chez THALES Avionics (Moirans 38)

Le CFA de SupOptique est une voie d’étude mêlant une formation théorique et technique rigoureuse, et le développement de projets concrets en entreprises/laboratoires est complémentaire dans la formation d’un/e futur/e ingénieur/e ou chercheur/euse.

Voici ma vision du CFA :

Le travail d’un/e alternant/e

La formation implique un rythme agréable à suivre, car les périodes scolaires ne sont pas modifiées : c’est les semaines de vacances, stages et semaines spécifiques qui sont dédiées au travail professionnel (à moduler avec les semaines de congés payées de l’entreprise et les quelque jours de révisions en lien avec l’école).

Cette filière n’a selon moi pas d’impact sur la qualité/quantité de travail de l’élève, car le/la tuteur/trice en entreprise ne peut pas officiellement demander de travailler sur la période scolaire, cependant libre à chacun de gérer son emploi du temps scolaire et l’investissement dans le projet professionnel. 

Ensuite, le CFA donne accès à certains cours importants pour débuter la vie professionnelle, comme une formation au savoir-être en entreprise ou au droit du travail. Je regrette cependant l’absence de cours sur les méthodes de gestion de projet (méthode agile, en V, …) utiles qu’importe la poursuite professionnelle. Mais cela peut être rattrapé avec des formations en entreprise.

Il y a de plus les séances tutorées : celles-ci permettent d’appréhender/d’expliquer un aspect scientifique en lien avec l’alternance sans pour autant devoir expliquer le projet suivi en entreprise. Ces séances semblent d’autant plus intéressantes qu’elles s’inscrivent dans la 1ère démarche de toute personne voulant faire évoluer un système : il faut d’abord comprendre les techniques/connaissances existantes avant de vouloir les améliorer.

L’évaluation du travail fourni suit selon moi une bonne méthode : il y a une double évaluation par le/la tuteur/trice en entreprise et académique, pour valider les aspects apprentissage et projet.

Enfin, chaque élève étant dans un domaine de recherche/application, je trouve le CFA intéressant également dans cette 1ère approche que cela fait avec la confidentialité professionnelle.

Pourquoi SupOptique :  

J’ai fait une 5/2 à la base pour obtenir l’ENS Rennes, après les résultats j’avais le choix entre ENS et SupOptique. Mais je me suis rendu compte que la physique, et plus particulièrement l’optique (utiliser les données de la lumière !) m’a toujours attiré, alors même que je viens de PT. La présence sur le plateau Paris-Saclay m’avait aussi motivé à faire ce choix, choix très appréciable de par les colloques de personnages scientifiques de renoms (Symposium Centrale, réunions ouvertes de l’X ou un peu plus loin ENS Hulm, les laboratoires alentours).

Pourquoi le CFA : 

2 raisons majeures : l’argent en 1er, et la volonté de découvrir la recherche en R&D en entreprise. En effet j’ai (et suis) toujours été attiré par la recherche fondamentale, je voulais donc avant d’y travailler voir si je ne manquais pas une possible vocation en entreprise, c’est d’autant plus une expérience que je peux valoriser en entreprise comme en laboratoire de recherche

De plus, il y a le fait de pouvoir évoluer sur 3 années au sein d’une équipe scientifique professionnelle pour possiblement y travailler après l’école, avoir un salaire en tant qu’étudiant/e, suivre à 95% la même formation qu’offre l’école à la filière classique ou bien encore faire face à des défis scientifiques d’actualité.

Ma situation : 

Je suis alternant chez Thalès Avionics à Moirans. Cette alternance me permet d’explorer des domaines transverses à la formation de SupOptique (concernant le fonctionnement des affichages LCD, microLED, les différentes contraintes pour les écrans dans les cockpits ..). 

En pratique, je procède à beaucoup de manipulations avec des vidéophotomètres, utilisation de logiciels comme LightTools pour modéliser en 3D des systèmes optiques, réunions avec différents groupes pour régulièrement évoquer les besoins et avancements des projets. Mais il y a eut un temps d’adaptation (maîtriser le matériel, comprendre les projets dans lesquels on est immergés avant d’être actif ..) avant de pouvoir être opérationnel en tant qu’alternant.

Conclusion

Finalement, cela permet de comprendre le fonctionnement interne à une cellule de R&D en optique, étant en plus en lien avec les cellules électronique et mécanique (au contact de technicien/ne/s, ingénieur/e/s ou autres, ce qui enrichit le savoir scientifique et le savoir être en entreprise).

Témoignage d'Aymeric Courilleau, promo 2022

Apprentissage chez Nokia Bell Labs (Nozay 91)

Pourquoi SupOptique :  

Je viens de l’université, et même si le contenu scientifique y est riche complet et passionnant, j’avais besoins d’y ajouter du concret. La plupart des écoles d’ingénieurs sont des lieux où le contenu scientifique perd tout de fois de sa valeur. Mais pas à SupOptique ! Cela me semblait être le compromis idéal entre compétences théoriques et compétences pratiques.

Pourquoi le CFA : 

Besoins de m’engager, envie de me responsabiliser, envie de me confronter à des problèmes de la vie professionnelle, des enjeux à la fois plus concrets mais aussi bien plus réels. L’apprentissage comme le propose l’IOGS offre le même diplôme que les autres élèves et les mêmes contenus scientifiques. 

Apport du CFA :

Les champs de compétences que je développe à SupOptique complète celles que je développe en entreprise sans se recouvrir ! Ainsi je ne fais qu’élargir mes champs de compétences et tout cela dans les meilleures conditions possibles. J’y apprends sur le plan social de l’entreprise, comme sur le plan social associatif. En bref Je profite au maximum de ce que L’IOGS peut offrir !  En prime, la prise en charge des frais de scolarité et le salaire mensuel m’ont aidé à prendre mon indépendance, et ainsi à entrer dans le monde du travail et dans la vie active en douceur et en toute sécurité ! 

Témoignage de Tituan Allain, promo 2021

Apprentissage chez NOKIA Bel Labs (Nozay 91)

Je suis entré à l’Institut d’Optique par la voie concours, après deux années de prépa MP, avec pour objectif d’accéder aux métiers de la recherche . Avant la rentrée, je ne m’étais pas renseigné sur la filière CFA que je pensais incompatible avec les doubles diplômes et les thèses. Cela ne m’intéressait pas. J’ai changé d’avis lorsque j’ai découvert les offres d’alternance en recherche et en R&D.

J’effectue mon contrat d’alternance chez Nokia Bell Labs, la filiale recherche de Nokia, dans l’équipe de télécommunications satellites. Tous mes travaux s’effectuent en anglais. Mon travail comporte une part théorique où j’utilise et développe des modèles de la littérature scientifique pour simuler numériquement des phénomènes physiques. Il comporte aussi une part plus pratique avec des expériences de laboratoire. La diversité des offres d’apprentissages permet à chacun d’en trouver une dans un domaine qui lui plaît.

 

Au début, le monde du travail impressionne. Après deux années de classe prépa, c’est le jour et la nuit, mais on y prend vite goût. En entreprise, le fait de travailler au sein d’une équipe sur un projet ambitieux est particulièrement valorisant. A l’école, la vie associative et la diversité des cours me permettent d’élargir mes horizons et de prendre du recul. L’alternance me permet d’apprécier pleinement les deux sans me lasser de l’une ou de l’autre. 

 

Ces deux années au sein du CFA ont conforté ma volonté de continuer sur la voie de la recherche. J’effectuerai, en troisième année, un double diplôme avec le Master Laser Optique Matière de l’Université Paris Saclay avant de poursuivre en thèse. La filière classique aussi m'aurait certainement beaucoup plu, mais je ne regrette pas du tout le choix de l'alternance.

Témoignage d'Alexandre Chalew, diplômé en 2020

Apprentissage réalisé chez THALES ALENIA SPACE (Cannes 06)

Après un début d’alternance un peu difficile à cause d’un suivi léger de la part de mon tuteur en entreprise, je suis finalement complètement opérationnel et un membre de l’équipe à part entière. On me confie les mêmes tâches qu’à n’importe quel autre ingénieur du service. C’est très valorisant et formateur. Un point particulièrement intéressant réside dans le fait que je n’ai même pas à chercher un emploi si je souhaite continuer dans mon service : mon chef de service vient de me proposer de rester dans l’équipe après la fin de mon apprentissage.

 

L'apprentissage m'a permis de surmonter ma difficulté à étudier, en apportant un sens pratique aux cours suivis à Supoptique. Cela m'a permis de comprendre plus en profondeur un bon nombre de concepts théoriques et de me les approprier bien au-delà de ce que m'auraient permis des cours ou des TPs. J'ai de plus développé un bon nombre de compétences bien au-delà de ce que m'a apporté le cursus classique Supoptique, ce qui représente une véritable plus-value sur le marché de l'emploi.

 

Témoignage de Nicolas Bensaou, diplômé en 2019

Apprentissage réalisé chez THALES Avionics (Moirans 38)

J’ai été diplômé de l’Institut d’Optique Graduate School en 2019. Lorsque j’ai intégré l’IOGS, je ne pensais pas du tout choisir la filière apprentissage. L’opportunité s’est présentée à moi, avec un poste en tant qu’ingénieur chez Thales AVS à Moirans. Ce poste correspondait à ma volonté de l’époque de travailler dans le secteur aéronautique et avait l’avantage d’être situé à 30 minutes de chez mes parents. Thales AVS Moirans est un site de production d’écran de cockpit d’avion, de 100 personnes, possédant un pôle R&D et un pôle étude amont.

Cet expérience de CFA m’a apporté beaucoup de choses. Premièrement, j’ai eu accès au même cursus que les élèves de filière « classique ». Ensuite j’ai pu engranger une expérience supplémentaire par rapport aux autres, en allant en entreprise pendant les semaines spécifiques et les périodes de vacance en plus de celle de stage.

Cette expérience en entreprise a été une vraie chance pour moi. J’ai pu, avec les cours de l’IOGS acquérir les connaissances théoriques nécessaires à utiliser en optique, et j’ai pu les appliquer directement lors de mes périodes d’apprentissage. Plus que des connaissances théoriques, j’ai pu acquérir d’autres compétences plus transverses comme la gestion de projet, de budget ou le travail en équipe, que je n’aurais pas vu autant en Ecole. 

Les avantages financiers sont également à prendre en compte :  frais de scolarité couverts par l’entreprise, paye chaque mois, des avantages liés au CE en fonction de l’entreprise, et des jours de congés.

Le CFA a également eu un impact non-négligeable sur la période post-diplôme, notamment au niveau des entretiens d’embauches. Les employeurs sont toujours très intéressés par quelqu’un ayant déjà une vraie expérience professionnelle, et celle-ci est souvent déterminante lors d’un choix de candidats.

Personnellement, je ne peux que conseiller aux élèves hésitants de tenter l’expérience CFA.

Site réalisé par Intuitiv Interactive